Polémique « Burkini » ou comment faire reculer les droits fondamentaux!

nice 4

 

Polémique « Burkini » ou comment faire reculer les droits fondamentaux!

 

marianne voile plage

Photo du Marianne  du vendredi 19 Août 2016 avec pour titre: »Burkini : les habits neufs du salafisme »

 

Le « Burkini » est un vêtement qui n’est pas islamique mais depuis la polémique, les racistes, les islamophobes et l’extrême droite alimentent la polémique. Sans compter les multiples incitations à la haine relevées sur le net par l’ADM:

Voici une des multiples diffusions des élus de la république pourtant garants de la constitution et de la protection des minorités ethniques et religieuses.

 

Un délégué LR suggère la déportation pour une femme voilée:

déportation voilée

Nadine Morano a pris  la défense d’un délégué LR après que celui-ci a suggéré sur Facebook la déportation d’une femme voilée. « Islamiste », « nazi », la députée européenne a aussi livré sa vision d’une femme portant un hijab.

http://www.bfmtv.com/politique/nadine-morano-compare-les-femmes-voilees-aux-nazis-1025365.htmlFallait-il répondre à la polémique?

La réponse à ces polémiques par certaines associations a eu l’effet inverse de celui recherché: plutôt que de faire valoir les droits et les libertés; elle a fait reculer les droits fondamentaux. La liberté de conscience a été gravement atteinte ces derniers jours. Quant à la place du « burkini » des photos de femmes voilées circulent pour interdire toute visibilité de la femme musulmane dans l’espace public.Au nom de la liberté, de la laïcité dévoyée certains  ont entreprit d’effacer tous signes religieux de l’espace public. L’aubaine, ils ne pouvaient rêver d’une meilleure opportunité pour chasser les voilées de l’espace public (après les interdictions de sorties scolaires des mamans, le débat sur l’interdiction du voile à l’université…) et restreindre les droits et les libertés des musulmans. Pourtant il n’y a pas que des musulmanes qui se couvrent à la plage. Des personnes qui ne supportent pas le soleil, des personnes qui ont une santé fragile ou tout simplement des personnes pudiques.

Un mélange des genres qui a pour résultat de réellement mettre les musulmans dans une situation de grande fragilité et de persécution puisque maintenant ce sont les femmes voilées qui ne peuvent plus aller à la plage et qui sont pourchassées!

Des femmes voilées interdites de plage par le maire, qui dément tout racisme

 

Un groupe de vacanciers dont des femmes voilées et d’origine africaine ont été chassées d’une plage normande par le maire accompagné d’un policier.

Victimes de racisme

Samedi dernier, une centaine d’habitants de Mantes-la-Ville dans les Yvelines participait à une sortie à la plage organisée par les centres de vie sociale (CVS) de la municipalité de Blonville-sur-Mer (Calvados). Parmi eux, des femmes voilées et des familles d’origine africaine qui auraient été victimes de racisme. Le personnel de la plage leur aurait demandé « d’aller plus loin ». Les vacanciers auraient alors changé d’endroit mais malgré cela, le maire de la commune se serait présenté accompagné d’un policier municipal et la baignade leur aurait été interdite. « On s’est vite aperçu que l’on gênait et que cela était dû à notre apparence » a affirmé l’une des participantes sur Facebook. D’autres propos racistes auraient été entendus : « qu’ils retournent dans leur cité, ils n’ont rien à faire ici ».

Le maire de la commune dément formellement cette version. Selon lui, il leur a demandé de changer de place pour des raisons de sécurité, car leurs nombreux parasols rendaient la visibilité et donc la surveillance de la plage difficile.

Le groupe n’aurait pas apprécié d’être déplacé et serait allé se baigner dans une zone non surveillée, un chenal réservé aux bateaux ce qui est strictement interdit et aurait refusé de revenir dans la zone de bain (…)

http://www.katibin.fr/2016/07/15/des-femmes-voilees-interdites-de-plage-par-le-maire-qui-dement-tout-racisme/

 

Que dit la loi?

 

DECLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN
Août 1789
Article 10
« Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME
Adoptée et proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies, dans sa résolution 217 A (III) du 10 décembre 1948
Article 18
 » Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. « 

PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS CIVILS ET POLITIQUES
Adopté et ouvert, à la signature, à la ratification et à l’adhésion par l’Assemblée générale dans sa résolution 2200 A (XXI) du 16 décembre 1966 - Entrée en vigueur le 23 mars 1976
Article 18
« 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement. »

« 2. Nul ne subira de contrainte pouvant porter atteinte à sa liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix. »

« 3. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet que des seules restrictions prévues par la loi et qui sont nécessaires à la protection de la sécurité, de l’ordre et de la santé publique, ou de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d’autrui. « 

 » 4. Les Etats parties au présent Pacte s’engagent à respecter la liberté des parents et, le cas échéant, des tuteurs légaux de faire assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions. « L’interdiction des signes religieux de l’espace public est une violation de la loi de 1905 :

« La loi de 1905 dans son article 1er reconnaît la liberté religieuse : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. Elle prolonge ainsi l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui consacre la liberté d’opinion, même religieuse. La Convention européenne des droits de l’homme prévoit également dans son article 9 que la liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. Sont ainsi garanties la liberté de conscience et la liberté de manifester son appartenance religieuse. La liberté religieuse suppose la liberté pour chacun d’exprimer sa religion, celle de la pratiquer et celle de l’abandonner, dans le respect de l’ordre public.

Ceci implique notamment pour l’Etat et les services publics la neutralité face à toutes les religions et à toutes les croyances et, malgré la suppression du service public du culte, l’Etat, se doit de rendre possible l’exercice et la pratique du culte. Les aumôneries, instituées dans certains établissements publics, sont une traduction concrète de l’obligation pour l’Etat de garantir la liberté religieuse. Par ailleurs, l’Etat doit faire face à des prescriptions religieuses qui peuvent remettre en cause le droit commun. Les pouvoirs publics ont adopté des réponses variables selon les prescriptions en choisissant de les encadrer, de les tolérer ou de les proscrire. »

 

Sihem Zine

Présidente d’Action Droits de Musulmans: ADM

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Princessezoebebesecoue |
aa lr |
Arnaquesanti |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gokaiartsmartiaux
| Formation Espace Bernanos
| FO André Chaussures